Rainbow comes after a storm.

Pourquoi cette citation ? Et pourquoi en anglais, me direz-vous ?

Tout simplement parce que j’avais écrit cela, dans mon cahier de “blogging” :

“Après la pluie, le beau temps l’arc en ciel.” La citation anglaise me convenait donc d’autant plus.

 

Ce thème, cela fait longtemps que je souhaitais l’aborder. Il est un peu dans la même lignée que la citation suivante :

“La roue tourne.”

Persuadée de ne pas être “maudite” mais d’être (simplement) passée par des périodes plutôt difficiles dans ma vie, je me dis à présent que celle-ci commence réellement MAINTENANT. Eh oui, il y en a eu des hauts, mais surtout des bas, ces derniers temps. Je dirais depuis ce fameux jour de 2013, qui pourtant annonçait le début de l’un de mes plus grand bonheurs : l’obtention des écrits du CRPE !

Puis, cette deuxième année de Master et la déchéance, petit-à-petit… Causée par différents facteurs dont les suivants : un perfectionnisme extrême à s’en mettre une pression monstrueuse, ajoutée à celle de mon entourage et de l’enjeu majeur de celle-ci, à savoir celui de devenir enfin Professeur(e) des Ecoles …

Vous connaissez cette sensation que l’on a lorsque l’on approche enfin le Graal ? Eh bien, c’est celle-ci que j’ai pu ressentir d’abord. Le soulagement de se voir enfin approcher de la fin de mes études, la fierté de savoir que j’allais enfin devenir celle que je voulais être depuis toujours, l’immense joie chaque vendredi quand je retrouvais ma classe, la gratitude ressentie envers toutes ces personnes qui me poussaient toujours plus haut, toujours plus fort et surtout … l’envie de ne pas/jamais les décevoir !

C’est pourtant toutes ces choses qui m’ont fait chuter, brutalement, sans prévenir. Au fur et à mesure, la réalisation de ce rêve s’amenuisait et je perdais toute confiance en moi. Suffisamment pour ne pas continuer dans la lignée qui m’était toute destinée… Une pause, de plusieurs mois, puis un retour, mais un demi-retour car je n’ai alors pu valider uniquement mon Master, à cette date du 3 juillet 2014.

Un nouveau soulagement, alors. Puis l’envie de s’y remettre très vite, pour ne pas perdre le pli. Mais finalement, ce ne fut pas encore le (bon) moment. Ce fut pire… […]

Une Renaissance lorsque je me suis enfin sentie libérée de ce concours. Plus d’obligation de le passer car mes proches avaient enfin accepté (mais pas tous, n’est-ce pas ?!) que je ne le repasserais pas … Définitivement ou non, c’est mon choix. Mais ils comprenaient et les raisons étaient réellement fondées, ce qui les soulagea réellement, je pense.

Mais à présent, que faire ..? Lorsque l’on sait depuis le premier jour que l’on veut devenir Maîtresse, pourquoi en changer ? Et surtout, que faire d’autre ? Un Master finalement très spécifique, qui n’ouvre pas tant (d’autres) portes que ça …

Des doutes, des recherches (in)fructueuses, des remises en questions, des discussions, des analyses avec mes proches et puis le début d’une Reconstruction. Autour de l’éducation toujours, mais plus en tant qu’enseignante. Ce fut à la fois positif et négatif, je m’explique. Se sentir délestée de toute (grande) responsabilité m’a fait du bien, pendant un temps ; mais le fait de ne justement plus faire partie intégrante de l’Ecole en tant que telle, et pour mes compétences (que je connais, de par mes inspections passées) fut d’autant plus douloureux. Se sentir “inférieure”, même si je savais pertinemment que ce n’était que passager, se ressentait de plus en plus …

Puis des rencontres sur Internet et ailleurs, des révélations (coucou Céline Alvarez !), des soutiens infaillibles (le chéri, le Papa, les (vrais) amis et les enseignants de l’ESPE d’Angers…) qui m’ont vite fait repartir dans cette aventure que représente pour moi l’envie d’enseigner, de transmettre mais pas uniquement… Celle de changer le Monde, à mon échelle, bien entendu … Des projets plein la tête en parallèle de la création de mon entreprise et enfin, enfin, l’envie de reprendre mes études plus que jamais, notamment lors de cette formation d’été que je vais faire cette année… J’ai tellement hâte !

Conclusion : ne perdez jamais espoir ! Si ce n’est pas le bon moment, vous le saurez. J’espère que ce ne sera pas aussi difficile pour vous que cela l’a été pour moi ; mais je comprends maintenant ce que je veux réellement et ce n’est qu’à mon avantage ; car, sans ces expériences, je n’aurais jamais pu envisager ce futur emménagement à Shanghai…

TOUT ARRIVE POUR UNE RAISON.

Roseline ❤

 

Advertisements

4 thoughts on “Rainbow comes after a storm.

    1. Je te remercie infiniment car c’est l’effet escompté ! J’ai oublié, mais je pense aussi que si j’avais cette image d’arc-en-ciel en tête, c’est aussi grâce à toi 🙂 Je suis persuadée que mon cerveau ne se met même pas en veille la nuit, haha !
      Merci pour tes voeux, j’espère que tu apprécieras me suivre encore un bout de chemin … !

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s