Mon interview par expat.com

Interview
Publié il y a 2 jours

Roseline vient de France. Enseignante et blogueuse enthousiaste, elle a choisi, en 2016, de s’envoler pour la Chine pour y rejoindre son fiancé. Aujourd’hui, Roseline mène une vie trépidante à Shanghai, entre son travail et ses découvertes de la culture et du mode de vie chinois. Elle se confie à Expat.com.

 

RoselineRS

Bonjour, je suis Roseline, 25 ans, Française et expat’ à Shanghai depuis 6 mois maintenant. Prof de formation (Master Enseignement) pour être professeur des écoles, je préfère vivre et enseigner à …

Bonjour Roseline, peux-tu te présenter brièvement et nous dire ce qui t’amène en Chine ?

Je suis française et j’ai 25 ans. Je suis professeur des écoles de formation, depuis 2014, date à laquelle j’ai obtenu mon Master de l’Enseignement, spécialité du premier degré (école primaire). J’ai exercé plusieurs jobs dans l’éducation (assistante de vie scolaire, animatrice périscolaire, remplaçante, et garde d’enfants), suivi d’un service civique en école, avant de me lancer à mon compte en tant qu’auto-entrepreneuse dans les services à la personne. En 2016, j’ai intégré un grand Lycée d’Angers. En parallèle, mon fiancé était parti à Shanghai pour le travail depuis 2015 (une opportunité professionnelle venue d’un ami proche), mais je n’ai pu le rejoindre qu’en août 2016. C’était long, mais ça en valait la peine car nous nous épanouissions tous les deux dans nos jobs respectifs, aussi loin l’un de l’autre que nous étions.

Qu’est-ce qui t’as attiré vers Shanghai ?

Comme je l’ai mentionné, un de nos meilleurs amis a proposé au groupe d’amis ingénieurs de mon fiancé de venir le rejoindre à Shanghai car un poste se libérait. Seul mon fiancé a eu l’audace d’accepter après des nuits entières de discussions et de négociations… Au final, c’était la meilleure décision que nous ayons jamais prise dans notre couple… Je suis en Chine avec lui depuis bientôt 7 mois maintenant.

Quelles étaient les formalités à remplir pour que tu puisses t’installer en Chine ?

Question très concrète mais tellement réaliste… Ce fut un peu le parcours du combattant vu que nous ne sommes pas encore mariés. Son entreprise ne m’a pas aidée pour les papiers, comme le font les entreprises plus importantes. J’ai donc commencé par demander un visa touriste d’un mois en février 2016 afin de lui rendre visite et de m’assurer que la ville me plaisait. C’est là que j’ai rencontré les premières difficultés car mes revenus n’étaient pas suffisants.

Une fois de retour en France, j’ai effectué des recherches d’emploi. N’ayant rien trouvé depuis l’étranger, j’ai effectué une demande d’un visa étudiant X2 pour étudier le chinois pendant un semestre à l’Université de la Jiaotong. Je ne regrette pas du tout ce choix car cela m’a permis de retrouver confiance en moi et de maitriser rapidement cette langue ! En ce moment, je dispose d’un énième visa touriste, car j’attends enfin le « graal » : mon visa de travail !

Il est vrai qu’en termes de déménagement, entre le tri et la vente de nos affaires, cela n’a pas été simple de se projeter. Nous ne voulions pas tout emmener avec nous et nous nous sommes contentés de nos valises avec 23 kg maximum en soute.

Parles-nous de ce que tu aimes le plus en Chine et le moins.

Ce que je préfère en Chine, ou bien en Asie d’une manière générale, c’est la façon dont les gens vivent avec simplicité : sans fioritures et toujours avec le sourire, leur serviabilité… Je dirais aussi la culture et le respect des enseignants ou de toute autre profession.

Ce que j’aime le moins, par contre, c’est le métro aux heures de pointe, l’impression de devoir toujours courir partout et l’impossibilité de me déconnecter de WeChat de peur que je rate un super appartement ou un potentiel étudiant pour moi… En gros, le manque d’équilibre entre le travail et la vie privée.

Vivre à Shanghai

Peux-tu nous décrire la Chine en une phrase ?

Des saveurs, des odeurs, des bruits… le tout à 200 à l’heure !

Qu’est-ce qui t’a le plus surpris à ton arrivée en Chine ?

Les odeurs : ce mélange de pneus cramés et de senteurs de nourriture ; la saleté ; la précarité au milieu du luxe de certains quartiers ; le peu de verdure, sans oublier les gens qui crachent !

Est-il difficile de trouver un logement en Chine ? Quels sont les types de logements disponibles pour les expatriés ?

Non, ce n’est pas difficile du tout ! Les types de logements incontournables sont : la chambre d’étudiant (jamais testé !), la colocation (nous en sommes déjà à la deuxième) et enfin le studio ou l’appartement individuel un peu plus grand, selon le budget… Le marché immobilier de Shanghai s’apparente à celui de Paris.

Quels sont les festivals les plus populaires et les principaux codes culturels en Chine ?

Je dirais sans hésiter le Nouvel An Chinois ! C’est génial de voir les gens se déguiser et déguster de somptueux mets accompagnés de musiques et de lanternes au Yuyuan Garden. Il y a aussi le Dragon Boat Festival, mais je ne l’ai pas encore vécu. Quant à Noël, ici c’est plus commercial qu’autre chose.

Les codes culturels ne sont certainement pas aussi présents que ce que l’on m’avait dit, ou bien, je me suis tellement intégrée que je ne m’en souviens plus. Ah si ! Quand on mange quelque chose qui est bon, comme une soupe ou autre, on doit faire du bruit pour montrer que c’est bon !

Que penses-tu du mode de vie en Chine ?

Il est au moins 10 fois mieux que celui que j’avais en France. Ici, on n’a même pas besoin de voiture comme tous les moyens de transport sont disponibles à Shanghai. On peut aussi s’inscrire gratuitement à des cours de salsa, de cuisine, ou encore, à des ateliers pour pas si cher que ça. Il y a toujours quelque chose à faire et c’est juste génial !

Justement, quels sont les moyens de transport disponibles à Shanghai et comment te déplaces-tu ?

Je me déplace principalement en métro, en taxi (pas cher du tout !) et en Mobike, des vélos en libre service qui ne coûtent que 1 yuan la demi-heure, c’est-à-dire moins de 6 centimes.

As-tu eu des difficultés à t’adapter à ton nouvel environnement et à la société chinoise ?

Aucunement. Disons que les gens sont plutôt bruyants et qu’ils ont leurs « petites habitudes » qui n’arrêteront jamais de me surprendre, surtout quand il s’agit de faire la queue, mais je les aime malgré tout. J’adore leur nourriture et leur mode de vie !

Vivre à Shanghai

A quoi ressemble ton quotidien d’expatriée à Shanghai ?

Disons qu’il est assez flexible, comparé à celui de mon fiancé qui a des horaires fixes de bureau, du lundi au vendredi. Je travaille tous les jours de la semaine, que ce soit de mon bureau (à la maison) et plus récemment pour mon blog ou bien pour préparer mes cours du lundi au samedi. Mes étudiants veulent des cours plutôt après la classe, donc sur les coups de 16 heures environ. Toutefois, je parviens aussi à avoir des cours en début d’après-midi, de temps en temps. Par contre, il n’y a pas de limite concernant l’heure de fin, le soir. Il m’est arrivé de finir à 22 heures, avec un enfant de 9 ans, pour un cours d’anglais à domicile. Aussi, je travaille souvent le dimanche.

Que fais-tu de ton temps libre ?

Je m’occupe de mon blog. Je participe à des ateliers de travail chez mon amie Véronique, créatrice d’une marque. Je vais aussi voir des amis, je me balade et je prends des centaines de photos. Je m’extasie de ma vie ici : j’écris, je fais mon « bullet journal » et plein d’autres choses.

Y a-t-il en Chine des activités nocturnes pour les fêtards ?

Bien entendu ! Je ne saurais même pas quoi recommander tellement il y a de styles et de possibilités différents : bars de diverses origines, restaurants, boîtes de nuit, parmi tant d’autres.

Quelles nouvelles habitudes as-tu adopté en Chine ? Quelles vieilles habitudes as-tu laissé tomber ?

Pour ce qui est des nouvelles habitudes, je dirais celle de tout prendre en photo, tout le temps, et celle de tout noter : tout ce qui m’entoure et m’inspire.

Par contre, j’ai arrêté de conduire, ou encore, de faire la grasse matinée ! Ici, même le dimanche quand je ne travaille pas, je suis déjà réveillée à 7 h.

Quel est ton avis sur le coût de la vie à Shanghai ? Combien coûtent un trajet en bus, une bière, ou encore, un bon pain ?

Le coût de la vie à Shanghai est similaire à celui de Paris, surtout en termes de logement et de produits importés tels le fromage, les céréales, le vin, ainsi que les produits de beauté et de parapharmacie.

Un trajet en bus ou en métro coûte entre 3 et 4 kuai, soit moins d’un euro. Une bière coûte environ 50 kuai, je dirais (je n’aime pas ça !). Un bon pain, je ne sais pas car je ne vais pas en acheter. Enfin si, je prends du pain tranché à City Shop pour une dizaine de kuai (environ 1,50 euro) mais je ne vais plus à Farine depuis qu’ils ont commencé à vendre la baguette à plus de 10 euros !

Vivre à Shanghai

Y a-t-il quelque chose que tu voudrais faire en Chine mais que tu n’as pas encore eu l’occasion de faire ?

Oui, voyager plus ! Voir le Yunnan, le Hunnan, les rizières, rencontrer les habitants qui sont dans les campagnes chinoises. J’aimerais aussi aller dans de magnifiques hôtels pour agrémenter mon blog et, peut-être, me lancer sur Youtube pour partager davantage mon expérience… D’ailleurs, nous avons prévu de visiter la Mongolie pour les vacances nationales en octobre !

Sinon, j’aimerais aussi faire le marathon des restaurants et des cafés pour en faire des articles sur mon blog et aider les futurs expatriés à s’installer ici, pas seulement les Français… J’aimerais aussi créer ma propre marque… Bref, j’ai des projets plein la tête !

Quel est ton meilleur souvenir de la Chine ?

Je dirais la première fois que j’ai pu commander un mantou en chinois, sans l’aide de mon fiancé. Et puis, nos retrouvailles en août 2016 après plus de 6 mois.

Je dois aussi dire que la Chine regorge de paysages à couper le souffle et qui me surprennent toujours. En fait, la liste est longue.. J’ai aussi participé au deuxième plus grand show mondial après le Superbowl, en direct à la CCTV pour défiler à l’occasion du Nouvel An Chinois !

Que penses-tu de la cuisine locale ? Quelles sont tes spécialités préférées ?

Je suis fan ! J’adore les huntuns à la sauce peanuts et aussi les xiaolongbao (raviolis chinois), mais surtout la cuisine épicée !

Qu’est-ce qui te manque le plus par rapport à ton pays d’origine ?

Le fromage et la charcuterie qui est beaucoup plus abordable ! Mis à part cela, pas grand chose.

Vivre à Shanghai

Qu’est-ce qui t’a motivée à écrire ton blog Roseline’s Lifestyle ?

J’ai commencé mon blog car l’écriture a toujours pris une place considérable dans ma vie, étant enseignante. Je l’ai ressenti dès le départ de mon fiancé pour la Chine. Je suis également passée par une période difficile à la suite d’un soudain décès dans ma famille. De plus, la psychologue qui me suivait alors m’avait conseillé d’écrire chaque jour pour que je me sente mieux. Et ça marche !

Quels conseils donnerais-tu aux futurs expatriés en Chine ?

D’être préparé à être confronté à une langue qui leur est peut-être tout à fait étrangère, ou encore, au fait de pouvoir marchander. Il faut également être encore plus tolérant et flexible.

Quelles seraient, selon toi, les 5 choses à emmener dans sa valise en Chine ?

  • Des produits de beauté spécifiques (acné, rides, etc) dépendant de votre type de peau
  • Quelques aliments que vous aimez (même si la douane n’aime pas, ça passe toujours pour moi)
  • Vos livres préférés
  • Le truc que vous avez acheté mais que vous n’avez toujours pas utilisé (ici, la créativité est décuplée)
  • Une bonne paire de baskets car on marche plus de 10 000 pas par jour, parfois 20 000…

Tes projets d’avenir ?

Je vais rester ici encore un an, voir deux ans. J’essaye d’économiser de l’argent pour visiter toute l’Asie et revenir avec un petit pécule pour nos projets d’avenir, ici ou ailleurs…

Y a-t-il une chose que tu souhaiterais ramener avec toi en quittant la Chine ?

Un set de thé pour pouvoir me refaire la cérémonie du thé à la maison, des stylos/pinceaux/crayons et des dizaines de carnets (qui ne sont vraiment pas chers ici !). Je dois dire que la simplicité de la vie ici, l’accès à tout, même le dimanche, sans oublier la livraison rapide pour tout et n’importe quoi, me manqueront certainement. J’en garderai des souvenirs magiques. Nous reviendrons peut-être un jour avec nos enfants !

 


Merci encore à Séverin et Veedushi, sans qui cet article n’aurait pas été possible ! Je suis très reconnaissante et les modifications apportées conservent l’esprit de l’itw, et aussi mon avis, donc un grand merci !

J’espère que nous pourrons poursuivre notre collaboration !

Love,

Roseline.


More infos there:

Advertisements

One thought on “Mon interview par expat.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: